Recherche simple

De l'Homme antédiluvien et de ses oeuvres, par M. Boucher de Perthes

Détails du document
bnf_8_LJ2_15.jpeg
Description :

Jacques Boucher de Perthes, de son vrai nom Jacques Boucher de Crèvecœur, naît à Perthes, près de Rethel (Ardennes), le 10 décembre 1788, dans une ancienne famille de l'aristocratie champenoise.

En 1825, il reprend la place de son père à la Direction des Douanes d'Abbeville et relance l'activité de la Société d'Emulation d'Abbeville, que son père, avait contribué à fonder en 1797. En 1830, il en devient le Président et sera réélu pendant 36 ans.
Boucher de Perthes s’intéresse également aux découvertes de son ami le préhistorien Casimir Picard dans la vallée de la Somme. Dès 1840, il découvre différents objets (ossements d’animaux disparus, haches polies, bifaces) dans divers sites abbevillois comme à Menchecourt.

En 1844, dans la vallée de la Somme, lors de l’exploitation d’une gravière derrière l’hôpital d’Abbeville, des outils en silex sont découverts à côté d’os de grands mammifères disparus que Boucher de Perthes date du Pléistocène (entre 1,87 million et 10 000 ans avant notre ère). Il en conclut alors que l’homme existait déjà à cette période et qu’il a été le contemporain de certains grands animaux disparus, comme le mammouth.

En 1849, il publie le premier volume des Antiquités celtiques et antédiluviennes, reconnu aujourd'hui comme l'un des textes fondateurs de la préhistoire. D'abord en butte au scepticisme de l’Académie des Sciences, ses théories vont recevoir, à partir de 1857, le soutien croissant de scientifiques d’importance. Il faut attendre 1859 et les vérifications sur place des géologues John Evans et Joseph Prestwich pour que les thèses de Boucher de Perthes emportent la conviction du monde savant.

En 1863, la découverte d'une mâchoire humaine sur le site de Moulin-Quignon à Abbeville, lui apporte une gloire nationale et même internationale, en dépit des réserves, cette fois justifiées, des spécialistes. Il s'avère que cette mâchoire est un faux. Mais cette fraude, réalisée par des carriers à qui Boucher de Perthes offre 200 francs pour la découverte de vestiges humains, permet la réunion d'une commission franco-britannique de savants déterminante pour la préhistoire en tant que science. Ces découvertes, malgré la vive controverse qu’elles déclenchent, font de Boucher de Perthes un champion de la science française et il est décoré de la Légion d’Honneur en août 1863. Il meurt cinq ans plus tard.







Licence : Licence Creative Commons

Citer ce document:

Boucher de Perthes, Jacques (1788-1868), “De l'Homme antédiluvien et de ses oeuvres, par M. Boucher de Perthes,” L'Armarium, consulté le 20 mai 2022, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/document/18220.

Auteur(s) : Boucher de Perthes, Jacques (1788-1868)

Editeur : Jung-Treuttel (Paris)

Date : 1860

Lieu de conservation : Bibliothèque nationale de France

Type : texte, Livres imprimés

Format:image/jpeg, In-8° , 95 p. et pl.

Langue(s) : fre

Cote : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-LJ2-15