Recherche avançée

Riens qui vaillent N°I (-III) : extraits du portefeuille d'un carliste trouvé sur le chemin d'Holy-Rood / [par J.-D. Cassini]

Détails du document
BnF_bpt6k9780036b_9.jpeg
Description :

Jean-Dominique Cassini dit Cassini IV ou Comte de Cassini est le fils de César François Cassini dit Cassin III. Il est né à l’Observatoire de Paris le 30 juin 1748 et est un astronome et cartographe français.

En 1768, à seulement 20 ans, il effectue son premier voyage sur l’Océan Atlantique en tant que « commissaire pour l'épreuve des montres marines » afin de tester les inventions de Pierre Le Roy horloger français. Il y voit ainsi les Amériques anis que les côtes africaines. C’est en 1770 qu’il devient adjoint astronome à l’Académie royale des Sciences. Il en devient membre associé en 1775. Il est nommé directeur de l’Observatoire de Paris en 1784 où il remplace son père malade.

Jean-Dominique Cassini IV contribue dès la mort de son père a une restauration des bâtiments de l’Observatoire de Paris mal entretenus depuis leur construction. Il participe aux opérations géodésiques de raccordement des méridiens de Paris et de Greenwich en 1787 et achève peu avant la Révolution les travaux topographiques de la « Carte de France » commencé par son père, César-François Cassini. Aux premières heures de la Révolution française, il se voit confier plusieurs charges politiques. Monarchiste, il démissionne de ses fonctions en septembre 1793 mais est dénoncé par le Comité révolutionnaire de Beauvais. Il est emprisonné durant 7 mois pendant la période révolutionnaire de la Terreur dès le 13 février 1794 dans la maison des bénédictins Anglois, couvent rue Saint-Jacques à Paris. Il faillit y être guillotiné mais survécu après à la mort de Robespierre et fut relâché. A partir de ce moment il se retire dans son château de Thury puis démissionne du Bureau des longitudes en 1795, de l'Institut en 1796. En 1799, il accepte cependant son élection comme membre de la section d'astronomie de la nouvelle Académie des sciences.

Il se consacrera par la suite à l’écriture de ses « Mémoires pour servir à l'histoire des sciences et à celle de l'Observatoire royal de Paris » qui paraissent en 1810 ainsi qu’à sa charge de maire de Thury-sous-Clermont. Napoléon Ier, puis Louis XVIII, le pensionnent et le décorent.

Cassini IV voit de son vivant son dernier fils Alexandre-Henri-Gabriel Cassini mourir du choléra. La mort de Cassini IV sans descendance le 18 octobre 1845 mettra fin à la lignée des « Cassini ».

Licence : Licence Creative Commons

Citer ce document:

Cassini, Jean-Dominique (1625-1712), “Riens qui vaillent N°I (-III) : extraits du portefeuille d'un carliste trouvé sur le chemin d'Holy-Rood / [par J.-D. Cassini],” L'Armarium, consulté le 22 novembre 2019, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/document/25255.

Auteur(s) : Cassini, Jean-Dominique (1625-1712)

Editeur : (Clermont)

Date : 1842

Lieu de conservation : Bibliothèque nationale de France

Type : texte, Livres imprimés

Format:text, 3 parties en 1 vol. ; in-8

Langue(s) : fre

Cote : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-44852 (1)