Collections

Recueil

Détails du document
default.jpg
Description :

Volume de 133 feuilets de parchemin, inscrits sur deux colonnes de 30 lignes d'une réglure à la mine de plomb. L'écriture est une textualis régulière de plusieurs mains.

CONTENU
Il s'agit d'un recueil de cinq œuvres d'Augustin d'Hippone, toutes sauf la troisième sont précédées de la retractatio :
_F. 2-12v.: <a href="https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Staugustin/combat/index.htm"target=_blank">Du combat chrétien</a>.
_F. 12v-32 : <a href="https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Staugustin/travail/index.htm"target=_blank">Du travail des moines</a>.
_F. 32-46 : <a href="https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Staugustin/polemiques/pelage/justice.htm"target=_blank">De la perfection et de la justice de l'homme</a>.
_F.46-127v : <a href="https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Staugustin/polemiques/donat/bapteme/index.htm"target=_blank">Du baptême</a>.
_F. 127v-133v : <a href="https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Staugustin/divination/index.htm"target=_blank">De la divination des démons</a>.

DÉCOR
Le décor de ce manuscrit est typiquement cistercien. Il est constitué d'initiales monochromes vertes et rouges et bleues, de taille variable selon leur rôle et leur place dans la structuration du volume. Les plus importante étant les initiales de début de livre, qui sont les plus grandes et les plus travaillées :ornées de rinceaux, de palmettes et de filigranes. Le style de ces lettres dit "style aux palmettes duveteuses" en raison de son rendu un peu brouillé ou affadis, est un des rares que l'on puisse attribuer presque avec certitude exclusivement au scriptorium de Clairmarais. On le retrouve dans quatre autres manuscrits de cette abbaye : <a href="https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/1759"target=_blank">82</a>, <a href="https://bibliotheque-numerique.bibliotheque-agglo-stomer.fr/idurl/1/21870"target=_blank">83</a>, 86, 137, 181, 643.
Lorsque l’on se penche sur les différents textes qui ont affirmé la position des cisterciens envers l’art, on se rend compte que ces derniers opposaient un refus quasi catégorique à toute forme d’expression artistique. On en trouve la concrétisation dès la première collection des statuts de l’ordre de 1131. Dans ces textes, tout est fait pour limiter au maximum la présence d’objets d’art et le luxe dans les abbayes de l’ordre : « Dans nos églises ou dans un local d’office quelconque, nous interdisons que l’on se livre à l’art de la sculpture ou de la peinture ; il est rare, en effet, que l’on puisse s’appliquer à cela sans négliger la sainte méditation, sans finir par oublier le sérieux de la vie
religieuse. Nous admettons cependant les croix peintes en bois » (status cisterciens, collection. de 1131, stat. XX).
Une fois que Bernard eut énoncé la règle : « Les lettres devront être d’une seule couleur et non peinte » (Statuts cisterciens, LXXX), et que cette injonction eut été transmise dans les autres abbayes de l’ordre, la plupart des illustrations et ornements figuratifs furent supprimés des manuscrits. Cela a donné le troisième style de Cîteaux ou « style monochrome ». Ainsi que le précise Y. Zaluska : « la monochromie n’est pas un trait purement cistercien, mais les moines blancs sont les premiers à l’avoir érigée en doctrine et à en avoir fait une forme de la quête de Dieu ». Ce style va s’épanouir durant les années quarante du XIIe siècle, jusqu’à la fin du troisième quart de ce siècle, puis, très vite, il laisse de nouveau la place à un retour à l’iconographie foisonnante.

RELIURE
Reliure médiévale typiquement cistercienne, ais de bois couverts de peau mégissée sur laquelle a été cousue une liseuse de peau de phoque, traces de boulons, vestiges de lanières et de pitons. Fenêtre de corne fixze par des clous de laiton au plat inférieure.

PROVENANCE
Ex-libris au premier feuillet : Liber sancte Marie de Claromaresch, in quo continentur hec ex operibus beati Augustini Ipponensis episcopi.
Mention au dernier feuillest (déb. XIIIe siècles) : "Magistrum Arnulfum suscepimus in orationibus nostris, et animam patris eius magistri Widonis".

BIBLIOGRAPHIE
_STAATS, Sarah, Le catalogue médiéval de l'abbaye cistercienne de Clairmarais et les manuscrits conservés. Avec le concours de Caroline Heid et Donatella Nebbiai, et une contribution de Patricia Stirnemann, Paris : CNRS éditions, 2016, p. 83.
_BONDEELLE-SOUCHIER, Anne, Bibliothèques cisterciennes dans la France médiévale. Répertoire des abbayes d'hommes, Paris, 1991, P. 84, 86.

12e siècle

1175

1199

Titre latin : Sancti Augustini opera varia

Titre latin : De Baptismo, contra Donatistas libri VII

Titre latin : De Divinatione dæmonum

Titre latin : De Perfectione omnis justitiæ

Titre latin : Opera diversa collecta

Cote ancienne : 54 (Clairmarais)

Licence :

Citer ce document:

Augustin d’Hippone (0354-0430), “Recueil,” L'Armarium, consulté le 23 octobre 2020, https://www.armarium-hautsdefrance.fr/document/43141.

62500, Clairmarais, France

Localisation

Auteur(s) : Augustin d’Hippone (0354-0430)

Lieu de conservation : Bibliothèque de l'Agglomération du Pays de Saint-Omer

Thématique(s) : Les trésors

Type : Manuscrit

Langue(s) : Lat

Cote : Bibliothèque de l’Agglomération du Pays de Saint-Omer